À PROPOS

 

La fondation Marie-Laurie 

a comme mission de faire briller indéfiniment la mémoire de Marie-Laurie (1998-2016)

en mettant les projecteurs sur l'épilepsie et de ce fait même renforcer le travail si précieux

de nos neurologues, infirmiers/ières du Québec.

CAUSES

Les causes de surmortalité

Les causes de cette surmortalité chez les patients avec épilepsie sont nombreuses.
 

 -  Certaines causes sont intimement liées à l’origine de l’épilepsie comme  des infections sévères ou des tumeurs bénignes ou malignes ou un accident vasculaire cérébral.
 

 -  D’autres peuvent être la conséquence de crises survenues dans des circonstances dangereuses et ayant entraîné noyades, brûlures ou encore chutes malencontreuses.
 

 -  Certains décès sont directement liés à la survenue des crises, comme l'état de mal épileptique (succession ininterrompue de crises, trop souvent liée à un arrêt intempestif du traitement).
 

 -  La Mort Subite et Inattendue dans l’Epilepsie (MSIE ou SUDEP pour Sudden Unexpected Death in Epilepsy) survient au décours d'une crise. Les mécanismes en cause, respiratoires ou cardiaques, ne sont pas encore clairement élucidés.

 -  Enfin, les suicides semblent plus nombreux en présence d'une épilepsie que dans le reste de la population.

L'épilepsie

Comment réagir face à une crise d'épilepsie ?

L’épilepsie est une maladie neurologique chronique qui peut se manifester par des crises de convulsions très impressionnantes. Il y a donc des gestes qu’il faut connaître pour protéger la victime.

Lors d’une crise d’épilepsie, les neurones produisent une décharge électrique anormale dans certaines zones du cerveau.

Schématiquement, une crise convulsive se déroule en trois temps : elle débute par une perte de connaissance et une chute. Puis, le corps est pris de convulsions et s’agite de façon saccadée. Après cette phase, la victime reste inconsciente plus ou moins longtemps en ne garde en général aucun souvenir de ce qui vient de se passer.

Si vous êtes présent dès le début de la crise, il faut soutenir la victime pour éviter qu’elle ne se blesse lors de sa chute. Ensuite, lors des convulsions, il faut éviter qu'elle se blesse et pour cela faire le vide autour d’elle en écartant les objets potentiellement dangereux. Si elle porte des lunettes, il faut lui retirer. Si cela est possible, placez un coussin sous la tête pour éviter les chocs contre le sol. Mémorisez l'heure de début de la crise, sa durée est une donnée important à signaler aux médecins urgentistes.

Contrairement à une idée reçue, la langue ne peut pas être sectionnée ou avalée lors de la crise. Il peut y avoir des morsures de la langue. On recommande donc de ne rien mettre dans la bouche, surtout pas ses doigts car on risque de se faire mordre, et pas d’objets qui risquent de passer au fond de la gorge.

Ensuite alertez les secours en

composant le 911

(on recommande d'appeler les secours que si la crise dure plus de 5 minutes, si la personne est seule, si elle ne reprend pas connaissance au bout de 10 minutes, si elle se blesse durant la crise).

Une fois que les convulsions ont cessé, si la victime est toujours inconsciente, il faut la placer en position latérale de sécurité.

Conseils pratiques : éloignez les badauds afin que la personne ne se réveille pas entourée par des gens qui la presseront de questions ou de commentaires désobligeants. Rassurez-la quand elle reprend conscience et racontez-lui comment s'est déroulée la crise.

Dernier conseil, même si c’est impressionnant, il faut essayer de rester calme. Gardez à l’esprit que la plupart des crises ne durent jamais plus de quelques minutes et qu’elles s’arrêtent d’elles-mêmes.

© 2017 Fondation Marie-Laurie